Motos d’exception

Megola-Touring

Motos d'exception

Cette année aux Coupes Moto Légende, vous pourrez admirer de près une vingtaine de motos de course françaises exceptionnelles et pour certaines uniques. Elles seront exposées dans le box n° 1, mais pas seulement ! Vous pourrez aussi assister à leur mise en route et les voir tourner sur la piste. Présentation.

Tout d’abord, la Kœhler-Escoffier 500 “Mandoline” Sport :
On dit qu’elle doit son nom à la forme de son carter, mais ça pourrait aussi bien être la musique de son bicylindre en V tournant très vite pour l’époque. La toute jeune entreprise sort sa première “Mandoline” en 1912. Elle porte la marque du mécanicien Jules Escoffier, ancien de Magnat-Debon, associé à Marcel Kœhler qui apporte à la fois les capitaux, mais pilote également. Dès 1913, la Mandoline s’illustre en compétition, notamment en course de côtes. La carrière momentanément interrompue de la Mandoline reprendra après la Première Guerre mondiale pour s’achever à la fin des années 1920.
Un catalogue Kœhler-Escoffier est publié en 1922 et présente une Mandoline à boîte trois vitesses et transmission finale par chaîne. On doit à l’ingénieur Raymond Guiguet l’amélioration de la fiabilité de la Mandoline à soupapes parallèles lequel se lance dans la construction d'une version Sport qui sort en 1923. Elle bénéficie de culasses hémisphériques comportant des soupapes en V. Vitesse annoncée 130 km/h, mais les machines d’usine sont sans doute proches des 150 km/h : plus de 122 sur le kilomètre lancé en side-car en 1923 ! La carrière de la Mandoline s’achèvera à la fin des années 1920. Produite à moins de 100 exemplaires, la Sport est l’une des motos françaises les plus recherchées.

Les commentaires sont fermés.